AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

I don't need your help. Well.. maybe actually.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: I don't need your help. Well.. maybe actually. Lun 27 Oct - 23:54




I don't need your help. Well.. maybe.
Jeudi, 20h ” Il y a des jours où tout le monde se passe le mot pour me pousser à bout. Je demande juste que les gens me fichent la paix, c'est tout ce qu'il me faut pour être heureuse. Mais personne ne semble le comprendre et il y a toujours quelqu'un qui trouve que c'est une bonne idée de venir me casser les pieds.
Ça a commencé quand mon chat, Voltaire, s'est dit que ce serait drôle de sauter sur ma table de chevet et de tout faire tomber par terre, brisant au passage mon horloge et le cadre de la photo de Priam, mon frère et moi quand on était gosses. Ce chat est une véritable terreur et tout le monde dans le dortoir des serpentards a peur de s'approcher de ma chambre à cause de lui. Dans un sens il me ressemble beaucoup : il est constamment énervé et déteste tout le monde, sauf que lui il n'hésite pas à le montrer. Comme j'aimerais être un chat parfois...
Ensuite, le professeur d'histoire de la magie m'a donné un parchemin supplémentaire à faire parce que je n'avais pas mon livre. Seulement ce n'était pas ma faute : il était tombé dans mon chaudron la veille, quand j'étais au club de potions et s'était littéralement transformé en paillettes multicolores ( étant le plus gros de nos livres, c'est aussi le plus utile pour faire de l'air et dégager la fumée de sous mon nez quand je prépare une potion ).
Ensuite je m'étais fais tiré les cheveux par un botruc en cours de soins aux créatures magiques et pour finir, j'avais mal mis mes cache-oreilles en cours de botanique et m'étais évanouie quand j'avais sortis ma mandragore de son pot. Résultat : j'avais passé l'après-midi inconsciente à l'infirmerie et j'avais donc pris du retard dans mon travail.
L'infirmière m'avait conseillé de rentrer directement me coucher en sortant mais il en était hors de question.
J'étais donc rapidement passée aux cuisines pour demander aux elfes si ils pouvaient me préparer rapidement un sandwich et j'avais foncé à la bibliothèque. Évidemment, vu que c'était l'heure de manger, il n'y avait personne. C'était mes moments préférés dans cette salle. Je me sentais vraiment bien quand il n'y avait personne dans mes pattes.
Je pris une grande inspiration en entrant, profitant du silence qui avait le don de m'apaiser, puis me dirigeai vers la place que j'occupais toujours, au fond de la salle, derrière deux rangées de livres énormes, c'est-à-dire le plus loin possible des autres. J'avalais mon sandwich quasiment d'un coup et jetai un oeil aux consignes que m'avait donné le professeur pour la punition à rendre. " La classification des animaux fantastiques ". Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir raconter dessus ? Je lâchai donc un soupire et me mit au travail. Au bout d'une heure, je n'étais parvenue qu'à trouver de maigres informations sur des réunions du conseil des sorciers et de quelques créatures capables de parole.
Je me levai pour la énième fois et sondai à nouveau la rangée de livres sur les animaux fantastiques. Étagère par étagère, livre par livre, je ne pu rien trouver de nouveau.
Je me pris la tête entre les mains et me mit à crier.
" Je vais devenir folle ! Tuez moi tout de suite ! "
Je donnai un coup de chaussure à l'étagère en face de moi qui... décida d'exaucer mon voeu et me tomba dessus.
Il me fallu quelques secondes pour réaliser ce qui venait de se passer. J'étais allongée par terre, à moitié recouverte de livres et complètement bloquée par l'étagère qui me clouait au sol. Heureusement pour moi, ma tête avait été acquittée et j'avais seulement été sonnée par un livre sur le Quidditch.
Bon, à présent il fallait que je pries pour que quelqu'un passe par là et décide de m'aider...  ”

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Je ressemble beaucoup à : Evan Peters #LeDieu
Points : 150
Parchemins rendus : 582

Alohomora !



MessageSujet: Re: I don't need your help. Well.. maybe actually. Jeu 30 Oct - 17:41

Je contemplais l'assiette en or devant moi sans grande envie. La journée avait bien commencé pourtant, mais il faut croire que tout ne se passe pas toujours très bien. Tout m'avait semblé particulièrement insipide aujourd'hui : les cours, le travail, les amis. J'étais dans ce qu'Anna adorait appelait « un de mes mauvais jours ».

Le pire la dedans, c'est que je ne savais même pas pourquoi je me sentais aussi mal.. À côté de la plaque. Étrange tout de même quand on sait qu'hier j'affichais un air joyeux partout ou j'allais. Je regardais les allées et venues des élèves dans la grande salle, me demandant qu'est-ce que je fichais là. Je ne pouvais clairement rien avaler, et le gentil capharnaüm qui regagnait dans la salle me fichait encore plus le cafard. Je soupirai, attrapa mon sac et quittai la grande salle sans un mot pour mes camarades.

À force, les gens avaient dû s'habituer à mes changements d'humeurs, mais je comprenais parfaitement que ça en agace certains. Je marchai en contemplant les tableaux accrochés aux murs sans trop savoir ou j'allai. Si je décidai d'aller me coucher, je savais que je ne trouverais pas le sommeil. Et je n'avais ni l'envie ni le courage de finir ma fichue dissertation sur le comportement des dragons à crête. Alors je me contentais de traînasser les pieds, ignorant les rares silhouettes que je croisais. De toute manière, ils étaient tous en train de se remplir la pense à cette heure-ci.

Je m'arrêtais devant la porte de la bibliothèque, l'esprit déjà plus libre. J'adorais cet endroit. Outre l'utilité d'une bibliothèque, il y régnait un calme et une tranquillité qui m'apaisait toujours quand je ne me sentais pas bien. J'entrai et inspirai l'odeur si particulière de l'endroit ; une sorte de mélange entre les vieux livres et l'encre des plumes. À mon grand bonheur, il n'y avait personne. Je jetai mon sac sur une table près d'une fenêtre, et m'assis là en fermant les yeux.

J'aurai pu rester comme ça des heures entières à m'interroger sur le sens de la vie les yeux fixés au plafond. Mais  j'entendis une personne crier ce qui me ramena automatiquement à la dure réalité. Ah ? Je n'étais pas si seul que ça finalement... Fut suivit un énorme bruit qui me fit lourdement sursauter. Je me relevai d'un bond pour aller voir ce qui se passait.

Je marchai rapidement avant d'arriver au rayon de la catastrophe. Quand je reconnus la jeune fille bloquée par une étagère renversée, je ne pus retenir un petit sourire railleur. Ce n'était pas tout les jours que ce spectacle m'était accordé.

«  Zola ?! »

Je m'approchais d'elle, et m'assis prêt de l'armoire renversée. Zola et moi, c'est assez compliqué en réalité. On a une tendance à se disputer assez incroyable, mais au fond, je l'aime bien. Le truc, c'est que j'ai assez observé Zola pour savoir qu'elle n'est pas ce qu'elle semble être. Dans les couloirs avec ses amis, elle est toujours cette fille gentille. Mais.. Je ne peux pas arrêter de me dire qu'il y a quelque chose d'autre. Qu'elle ment.. Ou fait semblant. Surtout quand je l'entends crier comme ça.

« Je crois que si tu voulais mourir tu es bien partie.. » Je lui adressais un grand sourire. « Il semblerait que je sois le seul qui puisse te sortir de là, les autres sont tous en train de dîner. Reste à voir si j'en ai vraiment envie.. C'est que j'ai faim moi aussi »

Je me levais et fit mine de partir. Ce que je voulais vraiment, c'était qu'elle s'énerve. Bien sûr que je n'allais pas la laisser bloquée sous une étagère. Mais si je pouvais arriver à la faire sortir de ses gonds, je serais plus avancé pour résoudre le mystère qui tournait autour de Zola.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: I don't need your help. Well.. maybe actually. Mar 4 Nov - 19:20




I don't need your help. Well.. maybe.
Jeudi, 20h ” J'étais là, allongée sur le sol, totalement incapable de me relever, et j'allais probablement passer un bon moment dans cette situation. Tout ça à cause d'une stupide punition que je n'avais même pas mérité... Mon premier réflexe fut de me mettre à pleurer. Mais je repris vite mes esprits. À quoi ça allait m'avancer de pleurnicher de toute façon ? A rien. Donc il valait mieux concentrer mon énergie sur autre chose. Je tentai de relever ou ne serait ce que déplacer l'étagère mais en vain. Mes bras n'étaient clairement pas de taille pour ce genre de quête. Ma baguette en revanche...
J'essayai de passer ma main dans la petite poche que j'avais fait coudre dans ma manche, pour garder ma baguette à portée de main, mais réalisai qu'elle était vide. Génial, ma baguette avait dû être propulsée ailleurs dans ma chute. L'étagère me bloquait complètement le torse ce qui me donnait des difficultés à respirer et donc à parler mais l'effort en valait la peine. Je pris une inspiration et parvins à énoncer : "Accio baguette !". Habituellement, je maîtrisais ce sort. Donc évidemment, en moins de quelques secondes, je vis ma baguette voler vers moi. Le problème était que l'étagère bloquait complètement mes deux mains. Donc j'avais beau répéter le sort, ma baguette n'allait pas pouvoir passer à travers le bois pour rejoindre mes mains. J'étais donc fichue. Il ne me restait plus qu'à espérer que quelqu'un allait passer par là.

«  Zola ?! » Je sursautai, complètement prise par surprise. J'avais été tellement concentrée dans mon histoire de baguette que je n'avais pas vu arriver l'élève à côté de moi. Je lâchai un soupire en reconnaissant le garçon. Naos. A la limite j'aurais peut être préféré que ce soit Peeves qui me découvre  ici.
Je ne pouvais pas dire que je détestais ce garçon. Mais il me tapait sérieusement sur le système et prenait un malin plaisir à me pousser à bout. Mais bon, dans cette situation, toute personne saine d'esprit aiderait sa camarade en danger. Nos petites disputes attendront un peu !

« Je crois que si tu voulais mourir tu es bien partie.. » Il m'adressa un grand sourire. Quel enfoiré, ça devait probablement le faire jubiler de me voir comme ça. « Il semblerait que je sois le seul qui puisse te sortir de là, les autres sont tous en train de dîner. Reste à voir si j'en ai vraiment envie.. C'est que j'ai faim moi aussi »
Si j'avais eu mes mains libres, je lui en aurais probablement collé une. Il avait beau faire plus d'une tête de plus que moi, je m'en fichais. Mais je ne devais pas perdre mon calme. La gentille Zola prendrait simplement ça comme une plaisanterie. Pas comme une attaque. Et je devais agir comme la gentille Zola. Je ne savais pas d'où exactement c'était partit mais depuis un moment Naos s'était placé pour but de me faire péter un cable, peut être pour lui prouver que je n'étais pas si gentille que ça. Et c'était vraiment désagréable. Si il ne virait pas cette étagère vite fait, il allait peut être y arriver en fin de compte...
Je pris une grande inspiration.
« Ahaha quel humour Naos ! Tu vas quand même pas me laisser agoniser sous une étagère pour un sandwich ? Vu ton ventre, je comprends que tu aimes beaucoup la nourriture mais aider quelqu'un dans le besoin c'est plus urgent que ton estomac, tu penses pas ? »
Son ventre. Hahahaha. C'était des grosses conneries, Naos avait pas un seul kilo en trop. Mais fallait pas perdre les bonnes habitudes, si il me provoquait fallait bien que je réagisse, non ?  ”

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Je ressemble beaucoup à : Evan Peters #LeDieu
Points : 150
Parchemins rendus : 582

Alohomora !



MessageSujet: Re: I don't need your help. Well.. maybe actually. Sam 8 Nov - 15:20

La plupart des gens n'auraient pas hésité une seule seconde en voyant Zola Hamilton bloquée sous une étagère ; ils auraient accouru auprès de la gentille princesse pour la tirer de ce mauvais pas. Or moi, je restais là attendant tranquillement, le dos contre une étagère, de la voir complètement disjoncter. C'était peut être un peu méchant d'ailleurs. Sans aucun doute si un  élève venait à entrer en cette pièce, j'étais bon pour être catalogué "le grand connard de l'année". Mais au fond peut importe. La seule chose qui comptait vraiment, c'était la vérité.

Zola est toujours polie, gentille, bien élevée. Une fille souriante qui n'as pas de mal à se faire des amis, bref, le parfait scénario de la parfaite petite élève. Sauf que personne ne peut être parfait, je ne le savais que fort bien.. Que les gens soit d'un naturel gentil et aimable ; je pouvais le concevoir. Mais pas Zola. Déjà, la première chose qui me m'avait mis la  puce à l'oreille c'était sa maison.. Serpentard.  Pas vraiment réputé pour leur gentillesse.. Ensuite, il y avait  ce quelque chose, un rien, qui dans son attitude me laisser penser que la part d'ombre de Zola était plus grande que ce qu'elle ne voulait montrer.

Alors, oui. Si la laisser poireauter sous une étagère me donnait la réponse à mes questions, pourquoi pas ? Elle n'avait pas franchement l'air de souffrir, et commençait même à sortir les griffes. Parfait. Malheureusement pour Zola, mon début de journée assez maussade me rendait, en plus, bien moins affable qu'à l'accoutumer. Si un autre jour je l'aurais aider sans rechigner, aujourd'hui j'était prêt à saisir l'occasion. Je ne lâcherais donc pas le morceau. En entendant la répartie cinglante de la jeune femme, je ne pus m'empêcher un éclat de rire ; le premier depuis un long moment. Si dans ma vie, j'étais préoccupé par beaucoup de choses... Mon ventre n'était pas vraiment une de mes priorités. Je me retourna donc, et m'approchai d'elle. Il semblait que je commençais à l'agacer, parfait !


« Ça m'étonne de la part de quelqu'un de si gentil. Moi qui croyait qu'il ne fallait pas insulter les autres, encore moins sur leur physique. Tu me déçois Zola »

Elle ne me décevait pas du tout, au contraire ; elle m'intriguait de plus en plus. Mais je savais qu'elle et moi étions parfaitement capable de continuer comme ça pendant des heures, sans jamais vraiment céder. Et la curiosité e au fond de moi me disait clairement que ce n'était pas ce que je voulais. Non, je voulais comprendre pourquoi elle se comportait ainsi. Pourquoi elle se forçait tellement à vivre en se cachant. Hélas, je n'étais pas un expert en Zolatitude pour savoir comment lui faire comprendre. Je finis par pousser un petit soupir et m'asseoir à côté d'elle.

« Écoute Zola, même si ça m'amuse énormément de te faire sortir de tes gonds, et que te laisser là est très tentant. Je te propose un truc ; je te laisse sortir si tu réponds à une de mes questions. »

Je n'avais pas encore d'idée précise concernant la question, mais au vu de ce que j'imaginais, elle n'allait pas particulièrement apprécier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »




Alohomora !



MessageSujet: Re: I don't need your help. Well.. maybe actually.

Revenir en haut Aller en bas

I don't need your help. Well.. maybe actually.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❥ Riddikulus  :: Dossiers d'admission :: Corbeille-