AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

What do you want [Feat Camille]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Je ressemble beaucoup à : Evan Peters #LeDieu
Points : 150
Parchemins rendus : 582

Alohomora !



MessageSujet: What do you want [Feat Camille] Dim 9 Nov - 20:14

What do you want ?
Feat Camille

Samedi après midi. Je n'étais pas particulièrement ravi. À cette heure-ci, entendons par là, 17 heures, j'aurais dû avoir les fesses posées sur une banquette aux trois balais entourés de mes amis. Déjà qu'avec tout le travail que nous avions pour préparer nos ASPICS, si en plus les profs venait à nous séquestrer durant nos temps libres.. Autant ça ne me dérangeait pas vraiment de travailler jusque tard dans la nuit, autant devoir sacrifier mon temps libre me soulait un peu. Surtout que, par Merlin, celui chez qui je me rendais n'était autre que Camille Deniger, mon cher professeur de Métamorphose.

J'adorais la méta, vraiment. Rien ne me plaisait plus que de passer des heures à transformer des choses en d'autres. Je me débrouillais bien d'ailleurs ; aucune idée d'ou ca me venait, mais le fils des ans m'avaient amenné à constater que c'était presque naturel pour moi. J'étais disont le doué sans pourtant en faire une montagne. La seule ombre qui se dressait au tableau.. Eh bien c'était Deniger. Il avait rapidement constaté que je me débrouillais bien, et de là avait commencé à me prêter une grande attention : bien trop grande. Presque.. Flippante.

Je m'explique : au début, ce n'était que de petits éloges placés à la va vite, ce qui me faisait plaisir. Ensuite vinrent les tapes bourrues sur l'épaule, puis les filatures dans les couloirs, et  bon sang, que Deniger était un très bon  espion. Dès que je me retrouvais en colle, je pouvais compter sur sa haute silhouette pour me faire la morale pendant des heures. Ils se mêlait de tout, et surtout de ce qui ne le regardais pas. Bref, c'était bien trop étrange qu'il s'intéresse ainsi à moi, alors que je n'avais rien demandé.

Mais le pire, c'était depuis que – je ne sais pas par qu'elle grandiose idée - il s'était mis à m'inviter prendre des thés dans son bureau. Alors quand hier, au repas, une petite chouette était venue m'apporter un des fameux parchemins qui me faisait tant frémir, je n'avais pu retenir un profond soupir. J'aimais bien Deniger au fond, mais l'espèce de fierté qu'il avait de moi me m'était atrocement mal à l'aise. C'était trop, juste trop.

C'est donc en trainant des pieds et en rasant les murs que je grimpai les marches quartes à quaters. Si la fréquentation d'une personne telle que Deniger m'avait appris quelque chose, c'était que le retard n'était pas acceptable. Je croisai quelque connaissance que je saluai d'un regard morne. Tout le monde savait bien ou j'allais, et plus personne n'était étonné de me voir passer autant de temps dans la salle de métamorphose.

J'arrivai près de la maudite porte en bois, et essayant de me coller un air neutre sur le visage, frappa trois coups distincts avant d'entrer de poser ma sacoche sur une table en bois. « Bonjour, vous vouliez me voir ? » Et tout en articulant ces mots, je pensai à mes camarades qui devaient être assis entrain de bien rigoler. La vie est injuste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Je ressemble beaucoup à : M. Fassbender
Points : 5
Parchemins rendus : 154

Alohomora !

Who I'm I
Chocogrenouilles: 0
Rps en cours:
Cours et clubs:



MessageSujet: Re: What do you want [Feat Camille] Mar 11 Nov - 20:32

Samedi.
Fin de jour blizzard, le Septembre à seize heures étend son pas aux travers des couloirs. La journée? Morne. Tout autant que l'abjecte robe des souris à transformer. Les premières années du cours de soutien ayant été médiocres, il avait fallu partir pécher les rongeurs sous le dessous des tables. Inutile perte de temps.

J'ai pour habitude de haïr les week-end. Les soirées familiales, l'éclat des joies de vies sur les joues des gamins. Petit, une fin de semaine, n'était pour moi qu'une aube banale à combler d'infortune ; évider les coquilles des mers ; nettoyer au sable fin le fruit des récoltes. Se casser les dents grinçantes en les mangeant aux soirs. À mon plus grand regret, il n'en est nullement le cas de la Faune Poudlarienne. Entre les murs solidement solidaires du château, rien n'est plus excitant que ces minces abîmes d'oublis, récompenses de longues heures fastidieuses. Les prébubers boutonneux et autres mammifères suintants se déchaînent avec plus d'ardeur qu'un typhon tropical, les couloirs s'humidifient d'amourettes, les collègues, gaiement préparent leurs valises. Et pour aller où ? Embrasser femme et enfant, patients, au village voisin. Femme et enfant
Naos fera bien l'affaire. Au sonnet de son nom, mon cœur se gonfle d'allégresse sentiment ô combien inconnu et étrangement agréable. Car j'aime mon fils, plus fort qu'un pédoncule s'accroche au nez de Rusard. C'est mon petit bouton à moi Quelle chique idée de l'avoir convié à mon thé crépusculaire ! Nous aurons toute la nuit pour papoter librement ! Les plans carrés en tête, je m'imagine déjà l’accueillir d'une de mes boutades hilarante, glissant avec complicité, mon bras sur son épaule ! Là pointera son sourire ! Merveilleusement copié du mien !
J'avais pris soin de choisir mon jour ! Chaque lettre du Bambin avait été mé-ti-cu-leu-se-ment décarcassées! (Les lectures d'Edwood sont d'ailleurs fort peu recommandables. Peut-être LA discussion était-elle nécessaire.) Inutile de dire que Dame Leanny était amarré au banc de touche ! Une petite colle de cinq minuscules heures lui fera le plus grand bien !
Murmurant l'air d'un hymne français, j'ouvre à la volée la porte de mon bureau causy. Propre jusqu'au arc des cristaux, chaque pièce d'argent resplendit d'un éclat neuf. Rien n'est jamais trop bien pour un fils. Mes mains d'homme au foyer ont même pris le soin de façonner un gâteau ! Rendez-vous compte ! Un gâteau . Peut-être le petit ange en sucre planté en son exact centre est-il trop rose ? Tulipe sur nappe blanche, champagne en glaçon craquelé, les guirlandes aux murs remuent leurs doux reflets.

Toc Toc Toc Il est là. Le fils. Mon âme vacille, de gauche à droite, de droite à gauche, je balance mes longues jambes, et soudain, ne sait plus où apposer mes bras. Dans le creux du dos ? Le long de ma silhouette ? Ais-je lavé mes dents ? La laque appliquée dans mes cheveux leur confère-t-elle toujours le lustre de l'aurore ?

Bonjour, vous vouliez me voir ? La voix n'est pas la mienne, mais on y reconnaîtrait l'accent fougueux, instoppable d'un vent de là bas.
Naos ! Quelle joie ! As-tu faim. Ici, du jus de citrouille ? Je l'ai quémandé au marchand de Pré-au-Lard à 7h30 aujourd'hui même ! Un crumble aux myrtilles ... recette de ma Mère Si par miracle tu l'apprécies, je pourrais te l'apprendre. Assis toi donc garçon !

Mon corps volette autour de l'autre, comme un Papillon émoustillé de se voir cueillir une belle fleur. Je m'empare rudement de ses épaules et le pousse lentement  vers la  mise en scène " Je t'aime mon fils " que j'aurais mis un couple d'instants à ériger. Le fauteuil gémit d'inconfort lorsque j'y écrase précipitamment son postérieur.

Que me racontes-tu ? J'ai lu ton dernier devoir au sujet des Cycle Lunaires. Parfait. Époustouflant Clin d'œil Un A, naturellement. Et comment se porte la Fille ? Clin d'œil J'espère qu'elle respecte ton intimité Clin d'œil Il ne faudrait tout de même pas qu'elle empêche nos petites rencontres... Naos ? Vas tu bien ? Tu me sembles un peu pâle...

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Je ressemble beaucoup à : Evan Peters #LeDieu
Points : 150
Parchemins rendus : 582

Alohomora !



MessageSujet: Re: What do you want [Feat Camille] Sam 15 Nov - 12:18

Ce fut encore pire que ce à quoi je m'attendais. La haute figure d'habitude si sévère et impartiale devint soudain douce, presque guimauve à mesure que j'entrai dans la salle. Encore une fois, je ne comprenais pas pourquoi Deniger devenait si heureux à chaque fois qu'il me voyait. Lui qui d'habitude incarnait le calme glacial par excellence, ne put s'empêcher de se lancer dans un enchainement si rapide de phrases que je n'arrivait même pas en placer une. J'avais dans l'idée de lui dire que je n'avais pas faim, quand il m'attrapa rudement par les épaules et me propulsa dans un fauteuil en cuir grinçant.

La table débordante de mets s'imposa à moi : clairement, il avait dépassé les bornes. Un crumble aux myrtilles ? Je détestait ça.Décidément j'aurai du ne pas venir; l'entretien qui arrivait promettait d'être des plus rasoirs et gênant possible. Car oui, je connaissais si bien Deniger que je n'avais aucun mal à deviner ce dont il allait me parler. Tout d'abord, il me complimenta sur mon devoir sur les Cycles Lunaires. J'hocha la tête en guise de remerciement, et ne pus m'empêcher d'afficher un petit sourire grinçant : je n'avais même pas rédigé ce devoir.. Entre les entraînements de quidditch et les cours, j'avais eu bien dû mal à boucler mes devoirs pour cette semaine, donc bon, un coup de main d'un camarade serdaigle ça ne se refuse pas.

Les clins d'œil appuyés de Deniger me mirent très très mal à l'aise, il agissait un peu comme s'il me posait des questions sous-jacentes... Des querstions auquels je n'avais aucune envie de répondre. Je fis de mon mieux pour afficher une mine sereine et pris une grande gorgée de jus de citrouille.. que je recrachai bien vite en entendant la suite de l'interrogatoire. Hein ? Elle ? Comment pouvait-il être au courant pour Leanny, sachant que nous ne sortions même pas ensemble... Et puis nos petites rencontres ? Etait-il legilimens ? Si c'était le cas, il était peut être déjà dans me tête.. ok, pense pas à Leanny, ni à la salle de potions, ni à quoique ce soit de comprometant ! ! Je toussai pour essayer de respirer de nouveau correctement avant d'articuler

« Pardon ? Je ne vois pas de qui vous voulez parler » Enfin, si, je vois parfaitement. Et d'ailleurs, ça ne vous regarde pas du tout. « Je.. Oui, oui ça va. J'ai juste un match de quidditch bientôt, je suis stressé. » Mensonge.

Je n'ai jamais aimé mentir à Deniger, mais je ne lui faisais pas du tout confiance, ( encore moins s'il était legilmens) Il était trop gentil avec moi. Même être un de ses élèves préfère ne justifiait pas ce genre de rencontre ou d'intrusion dans ma vie privée. Deniger était l'archétype du prof froid et calculateur. Alors comment son sourire pouvait-il être aussi chaleureux.. Peut-être m'appreciait-il plus qu'il ne le devrait ? Je fronçai les sourcils... Cette perspective m'horrifiait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »




Alohomora !



MessageSujet: Re: What do you want [Feat Camille]

Revenir en haut Aller en bas

What do you want [Feat Camille]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» Camille Silvan [Pouffy]
» répartition camille
» Camille Kovenbourg [Abeille]
» Lambda λ 4/4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❥ Riddikulus  :: Chez les Moldus :: Pensine :: Topics terminés-