AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan] Mar 11 Nov - 14:35



   
Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite !
« Je ne veux pas travailler ! Je veux juste m'amuser … ! » Cette chanson moldue d'une époque bien  révolue trottait dans la tête de la jeune Rouge&Or sans qu'elle ne puisse réellement dire pourquoi, bien qu'elle refléta à merveille son état d'esprit. La jeune fille s’emmitoufla dans un cape bien épaisse et chaude. Le temps s'était particulièrement rafraîchit ces dernier temps et on comprenait pourquoi : l'hiver arrive. Elle attrapa son sac qui contenait tout un tas de choses qui lui serrait utile pour la journée d'étude qui l'attendait notamment son kit d'ustensile pour la botanique. Elle y ajouta un sachet de confiserie qu'elle avait acheté au cours de son dernier passage au Pré-au-lard, un bonnet aux motifs enfantin ainsi que son écharpe aux couleurs de sa maison. Elle jeta un dernier coup d’œil à son dortoir, soupira en voyant que ses colocataires étaient, elles, encore en train de dormir profondément, sous leurs épaisses couettes, alors que le soleil était levé depuis belle lurette. Puis elle descendit les escaliers pour aller rejoindre sa salle commune. Tous le monde dormait encore, ou bien ils étaient tous en train de manger. A moins qu'il y ai un entraînement de Quidditch ce jour ci. Ella n'en savait rien mais s'en fichait royalement. La solitude lui plaisait, elle en avait besoin en ce moment. Dernièrement, elle avait reçue une lettre adressée à Ellana Gray. Revoir ce nom l'avait bouleversé et lui avait rappelé ce passé dont elle voulait oublié chaque moindre parcelle de souvenir, son propre passé. Plus personne ne l’appelait Ellana depuis ce qui lui semblait être une éternité. La jeune septième année quitta sa chaleureuse mais silencieuse salle commune, alla faire un tour dans la Grande Salle pour récupérer quelque chose à grignoter durant la mâtiné puisqu’elle n'avait pas petit-déjeuner. Elle quitta alors le château pour se diriger vers son lieu de travail qui, pour une fois, n'était ni la bibliothèque, ni la salle commune des Rouge&Or mais les serres botaniques.

Traversant le parc, Ella pensa alors à tout ce qu'elle avait à faire en botanique. Heureusement qu'elle s'en sortait dans cette matière parce que sinon elle aurait abandonnée ce cours ci dès que cela lui aurait été proposé. Elle n'aimait pas la botanique et pourtant la jeune fille s'en était toujours sortie en ce qui concernait cette matière. La dernière année pénétra alors dans la serre, constata qu'il n'y avait personne et s'installa tranquillement. Elle enfilant ses gants et commença à faire les différentes mesures et autres observations qu'elle devait rendre pour les prochains jours. En tournant autour du premier carré qui ressemblait étrangement à un quelconque carré potager moldu, elle remarqua alors que la serre dans laquelle elle se trouvait n'était pas si vide qu'elle l'avait imaginé au départ. En effet, il y avait un Serpentard de son âge qui semblait en grand désespoir face à sa plante qui ne voulait pas rester tranquille et qui gesticulait sans arrêt rendant les calculs impossibles. Ella s'assit face à lui discrètement et l'observa avec amusement. Il n'était vraiment pas doué avec les plantes celui là. C'est lorsque la plante se mit à crier -et encore le mot est faible, cette plante hurlait à la mort- que la jeune fille intervint. Elle récupéra la plante et la remit dans son pot, en tentant de la calmer du mieux qu'elle le pouvait. Une fois finit, elle enleva la terre qui s'était retrouvée sur son visage à cause de son combat contre cette plante enragée. Puis elle se retourna vers celui qui avait quelques minutes auparavant la plante entre les mains et qui n'avait su quoi en faire .  « Toujours aussi mauvais Redchard ! » En effet, le jeune Serpentard dont la Revenwood se moquait ouvertement était quelqu'un qu'elle connaissait. Ce n'était pas un ami, simplement une personne avec qui elle bossait en Astronomie et en Botanique. Ami serait donc exagéré, bien que la jeune fille le draguait constamment voyant que ce comportement le mettait mal à l'aise et le dérangeait. S'appuyant contre le rebord, elle le détailla de haut en bas puis rigola. « T'as pas vraiment l'air à ta place ici ! » Elle adorait utiliser l'ironie. C'était comme une seconde nature chez elle, un don inné. S'éloignant un peu pour récupérer ses affaires elle ajouta : « Aurais-tu pas le plus grand des hasards besoin de l'aide de la Gryffondor que je suis ? » Elle savait qu'il avait besoin d'aide et adorait le taquiner, lui dont la maison se devait par l'héritage des générations précédentes détester au plus au point la sienne.  Un sourire narquois la jeune fille continua sa petite vie en attendant que ce dernier se décide à lui demander son aide, en lui jetant des petits regards narquois de temps à autre.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


Dernière édition par Ella G.-Ravenwood le Sam 15 Nov - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Points : 62
Parchemins rendus : 607

Alohomora !

Who I'm I
Chocogrenouilles: 0
Rps en cours:
Cours et clubs:



MessageSujet: Re: Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan] Mar 11 Nov - 20:52

Devoir se lever tôt le matin... Aidan avait appris à détester cela au cours de sa scolarité à sein de ce grand château. Au départ ça ne le gênait pas de ne pas dormir de la nuit afin de s'occuper le matin et d'être sûr d'avoir une journée bien remplie. Puis peu à peu le confort avait pris le pas sur sa vie spartiate. Du moins il détestait se lever tôt le matin pour des choses inutiles comme travailler en botanique. Il méprisait cette matière comme il méprisait les potions ou l'astronomie. Pourtant, David, son tuteur légal, lui avait demandé de travailler cette matière même s'il la jugeait inutile. Il affirmait que la botanique pouvait servir dans les études après Poudlard. Ce n'était pas tant le fait qu'il avait cru son tuteur qui le poussa à continuer cette matière, mais plus le fait qu'il ne voulait rien regretter et n'écarter aucune option. Dans ce monde sorcier, quand on n'avait pas le nom il fallait avoir le talent. Or il n'en avait aucun en botanique. A l'approche de ses ASPIC il avait assez peur de ses résultats en botaniques et en potion. Moins en astronomie, car il fallait juste apprendre encore et encore. Alors que la botanique c'était de la pratique encore et encore. Il se souvenait d'ailleurs de sa première note en botanique : T pour troll. Depuis ce jour il avait entrevu l'histoire d'amour, ou plutôt de haine, qu'il entretiendrait avec cette matière.

Ce fut sur ce souvenir qu'il trouva la force de se lever de son lit, s'habiller et mettre en route vers la serre de botanique. A cette époque de l'année, se lever tôt le matin pour sortir signifiait accepter de sortir dans le noir et dans le froid. Il fallait avouer qu'Aidan aimait ce temps froid et obscure. Il se sentait seul. Le sentiment de solitude si souvent montré du doigt, tant par les fictions autant moldues que sorcières que par la préjugés de la majorité des individus, était agréable pour le jeune Redchard. En effet il n'aimait pas voir les gens ou même leur parler. C'était pour cela qu'il allait dans les serres de botanique tôt le matin. En général personne n'y allait à cette heure. On se levait, on prenait son petit déjeuner et on faisait ce qu'on avait à faire après midi. Pour cela il allait à bibliothèque l'après-midi vu que personne n'y allait en général sauf les élèves les plus studieux... Ces dernier n'ayant pas forcément envie de parler non plus à d'autres êtres humains, ce qui d'une certaine façon montrait leur intelligence selon Aidan.

Après avoir pris son temps afin de profiter de sa solitude et de cet air frai, il arriva à la serre de botanique numéro trois, celle qui était utilisée pour la partie pratique des cours de botanique. On laissait les élèves parfois manipuler tant qu'ils rangeaient après utilisation. Cette fois-ci Aidan était bien décidé à parfaire sa pratique avec les mandragores, plante qu'il détestait plus que toutes les autres Ces plantes était similaires aux premières et deuxièmes années à Poudlard : Dès qu'on les sortait de leur confort elles se mettaient à crier à hurler à en rendre sourd. Il avait bien réussi à gérer les mioches en couche culotte il pouvait bien gérer ces plantes. Cependant, alors qu'il la sortie du pot elle se mit à hurler... Même avec ses protèges oreille il avait mal à la tête. Ces plantes étaient vraiment... Chiantes. Et alors qu'il avait à peine pu trouver le mot adéquat qu'une main pris la plante et la remis dans le pot. La première réaction d'Aidan n'était pas très... accueillante et reconnaissante. Au contraire, il se demandait de quoi se mêlait cette personne. Il ne s'en sortait pas du tout, mais quand même !

Puis lorsqu'il vit qui l'avait aidé son hostilité se transforma comme un sentiment blasé. Ella... Elle avait un peu de terre sur son visage et lui aussi d'ailleurs. Elle l'enleva et il fit de même... Cette fille... Elle était... Impossible à décrire. Certes elle pouvait être la jovialité incarnée, voire dans l'excès. Cependant, sans savoir pourquoi Aidan pensait que n'importe quel être humain normal ne pouvait être naturellement comme ça. Il savait qu'il se faisait des idées, que tout le monde n'était pas aussi désabusé que lui, mais il aimait se dire que derrière cette jovialité se trouvait quelqu'un de brisé. Aimer que quelqu'un soit brisé faisait d'Aidan un connard à ce moment-là, mais il n'en avait pas grand-chose à faire. Il n'aimait pas que quelqu'un vienne bouleverser ses codes, surtout pas sur la nature humaine. Pour ça qu'il la qualifiait toujours de relou.

 « Toujours aussi mauvais Redchard ! »

« Tss un peu plus et je lui lançais un Incendio, donc dans l'absolu je m'en sortais très bien Ella ! »

Il était vrai qu'Aidan était un très grand adepte du sort Incendio, pour tout dire il était le plus brillant de toute l'école quand il s'agissait de la magie ayant un rapport avec le feu. Lorsqu'il était en quatrième année on l'avait surnommé le pyromane après avoir mis le feu aux affaires d'un élève qui avait osé insinuer que ses parents étaient des cons pour avoir un fils comme lui. Après tout... dès qu'il s'agissait de la manipulation de baguette Aidan était toujours premier que ce soit en métamorphose, en défense contre les forces du mal ou encore en sortilège et enchantement.

« T'as pas vraiment l'air à ta place ici ! »

"Et toi tu ferais mieux de retourner à la tienne !" Voilà ce que voulait dire Aidan. Cependant, il savait que cet élan assez hostile venait juste du fait qu'il était plus que médiocre en botanique et qu'il détestait être mauvais quelque part. Pire encore, il détestait qu'on souligne le fait qu'il était mauvais.
 « Aurais-tu pas le plus grand des hasards besoin de l'aide de la Gryffondor que je suis ? »

Comme à son habitude avec ce genre de questions la seule réponse qu'eut Aidan dans un premier temps fut un regard accompagné d'un soupir méprisant. Méprisant parce que sa question était totalement ironique dont elle connaissait la réponse et aussi parce qu'elle savait que sa question n'avait pas lieu d'être au vu de la personnalité d'Aidan. S'il n'aimait pas les gryffondor car ils étaient à gryffondor alors il n'aurait jamais accepté l'aide d'Ella une seule fois. En sachant qu'ils avaient travaillé plusieurs fois ensemble, Ella connaissait très bien la réponse et elle se doutait que cela énervait Aidan qu'elle la pose.

« Tu sais très bien que je juge les querelle de maison puériles... Mais oui j'aurais bien besoin de ton aide pour la pratique... en botanique je tiens à préciser. »

Il lui adressa un regard qui signifiait que tous jeux de mots scabreux auxquels elle était habituée était proscrit à cette heure-ci. En effet Ella était la professionnelle pour mettre Aidan mal à l'aise dans leurs longues heures de travail. Pour lui ce n'était qu'une grande gueule avec rien derrière. Néanmoins, cela le gênait quand même de penser à ce genre de choses alors qu'il voulait travailler. Il savait où étaient ses priorités. Les études avant le plaisir. Après tout, à part le résultat d'une démangeaison sous la ceinture, comment qualifier les relations entre homme et femme ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan] Sam 15 Nov - 13:50



   
Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite !
Le feu ne la gênait pas, elle aimait observer le feu brûlant et crépitant dans l'antre de la cheminée de sa chaleureuse salle commune. Et puis la chaleur pouvait être réconfortante, elle palliait à merveille la solitude lorsque cela était nécessaire. Ella savait de quoi elle parlait, mais elle chassa cette idée de son esprit rapidement. Elle avait d'autres chats à fouetter, comme la stupide idée du septième année qui se trouvait devant elle et qui proposait de lancer un Incendio avec une nonchalance commune. Cependant lancer un Incendio était vraiment la pire idée qu'aurait pu avoir Aidan. Les mandragores ne supportaient pas les changements de température trop brutaux comme l'avait incroyablement fait remarqué leur professeur lors du dernier cours datant d'il y a moins d'une semaine. Or nous étions en hiver. Bref, il s'agissait donc vraiment du pire moment pour lancer ce genre de sortilège, et n'importe quel élève ayant assisté au cours précédent avait pu le retenir. Ella soupira. Elle connaissait un minimum le Serpentard et savait qu'il s'agissait de son sort favori. Souvent, on entendait dire qu'il était certainement la personne qui le lançait le mieux dans tout le château mais que voulez vous, les rumeurs ont la peau dure. Pas que la jeune Gryffondor doute qu'il ne le magnait pas à la perfection, mais elle savait pertinemment qu'il avait une estime de lui bien assez grande pour que l'on ne lui donne une autre raison de prendre la grosse tête. Le pauvre, il ne pourrait même plus rentrer dans Poudlard si tel était le cas … Et puis, il pouvait rapidement devenir hautain et arrogant quand il le voulait. Or Ella n'avait pas envie d’empoisonner sa journée par un Serpentard un peu trop sur de lui même. Elle aimait la bagarre et les duels de magie mais son programme ne laissait pas un seul petit créneau pour prendre du plaisir. Tel qu'il soit. « Mais qu'est-ce que tu fais pendant tes cours de Bota toi ? » Elle lui expliqua rapidement quels auraient été les effets d'un Incendio lancé sur une Mandragore dans l'ignorance absolue des conséquences et sans prendre les mesures adaptées à cette situation. « Heureusement qu'il ne s'agissait que d'un bébé ... » se murmura-t-elle à elle-même. Les mandragores adultes étaient véritablement des plantes redoutables lorsque l'on n'avait pas le coup de main adéquat. Ella soupira. Il était décidément et réellement vraiment nul en ce qui concernait le monde végétal. « Que va-t-on faire de toi... » La Rouge&Or était d’ailleurs étonnée qu'il n'ai pas abandonné la botanique lorsqu'il en avait l'opportunité. Il allait bien s'amuser pour passer ses ASPIC. Ella aimait le challenge mais à ce train là, elle considérait que c'était plus du suicide qu'autre chose. M'enfin, cela ne la regardait pas et elle s'en fichait bien.

La Ravenwood adorait voir le sourire méprisant sur le visage du jeune homme. Elle trouvait que cela lui donnait un petit côté attirant, sexy même. Et puis elle savait aussi comment l'énerver et ne s'en privait pas le moins du monde. Ça risquait d'être son seul petit plaisir de la journée au rythme où allait les choses. Aidan n'accordait pas d'importance aux guérillas inter-maisons et Ella n'ont plus, sauf si elle pouvait balancer de l'huile sur le feu et voir les autres se taper dessus. Le Serpentard accepta alors de quémander son aide à haute voix. Avec une rapidité surprenant, elle se retrouva alors à ses côtés. Ella aurait fait une très bonne joueuse de Quidditch, elle qui passait sa vie à courir pour ne pas se laisser rattraper par ce passé dont elle voulait tout oublier. Elle était mince, rapide, furtive et très discrète quand elle le souhaitait. Mais elle préférait commenter les matchs plutôt que les jouer. Pas qu'elle ne sache pas voler car elle se débrouillait plutot bien sur un balais mais tout simplement que pour admirer les joueurs trempés par la pluie on est mieux dans les gradins. Cependant, Aidan tenta de refroidir les avances de la jeune fille. « Oh, tu n'es même pas amusant Redchard … Tu sais, on peut toujours mêler plaisir et travail. Je trouve d'ailleurs que cela fait un très bon mélange ! » Ella lui lança un joli petit sourire amusé et narquois. Elle savait comment rendre les hommes sensible à son charme. Deux trois petits, un sourire provocant et le tour était joué. Mais pas aujourd'hui. S'éloignant de son camarade, elle le regarda avec intensité. « Très bien, tu sais pourquoi on est là au moins ? » Après les mesures, ils devaient chausser toutes les mandragores ici présentes sans exception de jolies petites chaussettes roses, rouges, vertes, bleus, jaunes, violets et grises. C'était une opération délicate à réaliser puisque les mandragores ne supportaient pas que l'on les déracinent et se mettaient à gesticuler dans tous les sens et à crier jusqu'à ce que vous les rempotiez. En un sens, Ella pouvait comprendre les mandragores. Bien qu'elle ne soit pas particulièrement sensible à la douleur d'autrui, elle pouvait comprendre que ce ne devait guère être agréables de se faire tirer par ce que l'on pourrait qualifier de cheveux bien que cela n'en soit pas réellement toute la journée par une bande d'adolescents qui n'en n'avait strictement rien à taper de l'étude les végétaux. Les couleurs des chaussettes dépendaient de l'age de la plante. Et oui, rajoutons une difficulté supplémentaire sinon c’est pas amusant ! Vive les ASPIC !!

Lançant un regard entendu à Aidan, Ella se saisit de la mandragore, inspira un grand coup, et la dépota. Rapidement, elle lui enfila les chaussettes bien chaudes et molletonnées puis la rempota aussi sec. Sa rapidité et sa précision était chirurgicale. Relevant les cheveux qui lui tombaient devant les yeux, la jeune fille regarda Aidan. « A toi ! » Elle espérait que l'on éviterait la catastrophe mais rien n'était moins sur avec lui. Ella se rapprocha donc progressivement de lui prête à agir si cela était nécessaire. Elle lui montra une plante. C'était un bébé, ne tentons pas le diable. Elle lui tendit les chaussettes qu'il devait utilisé puis elle s'adossa négligemment contre la jardinière croisant ses bras sous sa poitrine pour la mettre en valeur. Après tout elle venait de lui montrer comment faire, il ne pouvait pas se planter. Le reste de cette journée risquait d'être prometteuse. Remettant en place son cache oreille, elle se crispa discrètement lorsqu'Aidan se saisit de la plante avec une dextérité maladroite. A cette pensée, un flot de remarques scabreuses envahit l'esprit de la jeune fille qui se retint de les dire sans pour autant s’empêcher de sourire. Il fallait qu'elle reste concentrée, et surtout qu'elle ne le déconcentre pas. Il était déjà assez maladroit pour qu'elle lui rajoute un couche de difficulté.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Points : 62
Parchemins rendus : 607

Alohomora !

Who I'm I
Chocogrenouilles: 0
Rps en cours:
Cours et clubs:



MessageSujet: Re: Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan] Dim 4 Jan - 4:48

Aidan gardait bien l'effet en tête de l'Incendio. Il adorait voir  les choses brûler. Il n'avait jamais brûlé d'être vivant, mais vu le caractère de la petite peste, il avait bien envie d'essayer. Bien sûr par petite peste il pensait à la mandragore et non à la jeune gryffondore qui se tenait près de lui. Elle, elle n'avait pas besoin d'un sort chaud pour être en chaleur, elle l'était naturellement. D'ailleurs cela l'étonnait qu'en hiver elle n'avait pas plus de visite que ça dans son lit car vu son caractère ça devait être une vrai bouillotte à elle toute seule, si bien que tout le dortoir devait en profiter. Bon cette bouillotte avait des effets secondaires comme donner un intense mal de crâne d'une façon ou d'une autre. Elle n'était pourtant pas intellectuellement limitée... Du moins pas plus que la moyenne à Poudlard. Néanmoins, c'est comme si elle voulait donner une image superficielle d'elle-même. Mais Aidan se fichait bien de qui se cachait derrière ce masque. Tout le monde portait un masque et cette petite peste ne méritait pas son attention plus que quelqu'un d'autre. Après tout elle était suffisamment grande pour régler ses problèmes. De plus, si les soupçons d'Aidan était avérés, il était certain que vouloir en savoir plus lui donnerait le droit soit à une réprimande soit à un autre masque. Le temps était précieux et le joli sourire de cette jolie fille ne valait pas plus d'une seconde de son temps.

« Mais qu'est-ce que tu fais pendant tes cours de Bota toi ? » 

Alors... Il faisait beaucoup de chose, il dormait, il révisait ses autres cours, il étudiait le cahier de jeu pour le quidditch, il pensait à ce qu'il avait fait la veille. Aidan écouter et comprendre un cours de botanique ? Autant demander à un analphabète d'apprécier du Shakespeare. En général, quand il était motivé, donc très rarement, il essayait de comprendre les cinq premières minutes de cours... si bien qu'il y passait sa soirée. Il regarda alors Ella d'un air angélique en lui disant :

« Je joue avec ma baguette. »

Il prit conscience, après avoir dit cette phrase, qu'elle était digne d'Ella en personne. Pourquoi avoir dit ça ? Il avait envie. Il savait qu'Ella était la pire perverse de toute l'école. Alors lui dire ça permettrait de détourner le conversation sur un autre sujet. Bien qu'Aidan n'aimait pas plus quand Ella était partie sur des discours tendancieux, mais au moins il comprenait ce qu'elle disait, pas comme en botanique. Elle lui expliqua alors tous les effets qu'aurait eu un Incendio sur une Mandragore. Changement de température, blablabla. Aidan la coupa après quelques instants d'explication.

« Alors tout ce que tu me dis là, c'est en partant du principe que la Mandragore survive... Ce qui n'était pas vraiment mon but si je lance ce sort. »

« Heureusement qu'il ne s'agissait que d'un bébé ... »

Même si ça n'avait été qu'un murmure, Aidan l'avait entendu. Ce n'était pas de sa faute si la mandragore lui avait pris la tête ! Si elle avait été bien sage il n'aurait pas eu à la torturer. Ce n'était pas tant le fait que c'était un bébé qui inquiétait Aidan. La phrase correcte aurait été : Heureusement qu'il s'agissait que d'un cours de deuxième année. Là ça aurait été vexant, mais surtout pertinent. Après tout la seule faune et flore qu'il connaissait c'était celle de la gente féminine et il préférait éviter de s'en vanter. Il ne la connaissait pas de pratique, heureusement, il ne la connaissait que des discours que racontaient les élèves de son âge ou ceux qui étaient plus vieux ayant fini leurs études. C'était assez dégouttant. Si un père voulait préserver la virginité de sa fille, il n'aurait qu'à montrer à son copain tout ce que peut accueillir une certaine zone de son corps. Là on pouvait être sûr que ça restait aux bisous gentils. Et même si ça c'était dérangeant on pouvait toujours trouver des maladies ou des microbes à attraper avec des bisous. A croire que personne n'était aussi tordu qu'Aidan. Enfin dit comme ça c'était normal que personne n'y avait pensé.

« Que va-t-on faire de toi... »


«  Écoute fait moi faire ce que tu veux, je suis un peu... débutant. » Puis il se souvint que c'était Ella « Et je parle toujours de botanique. »


Aidan leva d'avance les yeux au ciel. Il marchait clairement sur des oeufs à chaque fois qu'il lui parlait. Il ne savait pas réellement pourquoi elle l'embêtait avec ça parfois. Il ne se trouvait pas plus attirant que ça. Il savait que certaines filles pouvaient craquer pour lui, mais il mettait ça sur le compte de la bêtise. Certes il devait être populaire pour son poste de poursuiveur au quidditch. Il n'était pas le meilleur, mais faisait partie de l'élite des poursuiveurs. Du moins c'est ce qu'il pensait. Il était assez exigeant avec lui-même pour pouvoir le dire en toute objectivité. Il passait le plus clair de son temps entre bibliothèque et stade. Même sous la pluie il s'entraînait malgré son aversion pour ce temps. Après tout, quel sport pouvait rivaliser avec le quidditch ? La beauté du terrain, le dynamisme du jeu, la complexité du jeu d'équipe. Le frisson que l'on ressentait quand on descendait en piquet, le sursaut que l'on avait après avoir frôlé le cognard et la joie après avoir envoyé le souafle dans l'anneau. Ceux qui critiquaient le quidditch disait que c'était un sport de brute, qu'un sport de contact. Aidan leur répliquait le plus souvent que le quidditch n'était pas un sport de contact. La danse était un sport de contact, mais le quidditch était un sport de collisions. Après il y avait aussi les mauvais perdants, comme les gryffondors qui râlaient toujours après le jeu de serpentard. Comme quoi ils étaient trop... perfides. Déjà critiquer un serpentard parce qu'il était perfide était de la bêtise pure. De plus la différence entre une personne qui réussissait et les autres n'était pas un manque de force, pas un manque de connaissance, mais plutôt dans un manque de volonté. Alors il pouvait comprendre que sa position au sein de son équipe attirait certaines filles. Elles restaient stupides et superficielles, mais il le comprenait.
Après avoir accepté l'aide d'Ella, Aidan cru voir de l'étonnement dans son regard, presque de la déception, du moins c'était comme qu'il l'interprétait, du fait qu'il avait acceptait aussi vite. Il n'était pas du genre à mettre sa fierté avant tout. Il voulait réussir fierté ou pas fierté. Il voulait bien réussir certes, de la bonne manière, mais quelle fierté y avait à échouer lamentablement ? Aucune. Il avait une occasion de s'améliorer et il comptait bien la saisir. Il avait toutefois précisait que c'était en botanique qu'il avait besoin d'aide... Et comme prévu réplique d'Ella

« Oh, tu n'es même pas amusant Redchard … Tu sais, on peut toujours mêler plaisir et travail. Je trouve d'ailleurs que cela fait un très bon mélange ! »

Aidan arqua d'un sourcil

« Même toi Ella tu n'arriverais pas à prendre du plaisir en m'aidant en botanique. C'est impossible. Et n'essaye même pas de me prouver le contraire. »


Le jeune Redchard était sûr de lui à cent pour cent sur ce coup là. Il pouvait donc s'avancer comme cela. C'était dangereux de la défier sur ce terrain là, mais il ne risquait pas grand chose. Si elle voulait vraiment quelque chose elle aurait été plus insistante. La seule chose qu'il aurait c'était une remarque du : C'est pas le moment, une prochaine fois. Ou un : Si tu es aussi sûr de toi écoute... Bref une phrase d'esquive habituelle qui d'habitude venait de sa propre bouche afin de l'éviter.

« Très bien, tu sais pourquoi on est là au moins ? »

« Avec toi j'ai toujours un doute, mais au risque de paraître débile, je vais répondre pour la botanique ! »

Elle décida alors de lui montrer comment faire. Elle l'avait fait à la perfection. Lui aussi pouvait le faire comme ça ! Dans sa tête. Mais après avoir arrêté de faire sa mauvaise tête, Aidan analysa un peu ce qu'elle avait fait. Ce n'était pas un manque de talent qui le faisait échouer. Après le fait qu'Ella ait un talent était plus qu'improbable, à part le talent de faire des blagues scabreuses avec peu de choses derrière. En réalité, ce qu'il manquait à Aidan c'était la rapidité à faire la tâche, la confiance en lui quand il la faisait et un petit manque d'agilité. Cependant, s'il arrivait à passer le souafle à la perfection, la botanique devrait être facile. Il devait presque remercier Ella de lui avoir montré ce qu'il n'allait pas. Il n'allait bien entendu, pas le faire.  
« A toi ! »

Elle s'adossa contre la jardinière puis mis en valeur sa poitrine. Il la haïssait pour ça. Il rougit et fut assez... Gêné pour ne pas décrire un procédé masculin quand il voyait une jolie fille. Il devait garder son calme. Ella serait là s'il se foirait, mais il préférait réussir. Il devait pour ça penser au quidditch. Rapide, confiant et agile. Comme avec un souafle ou une partie du corps d'une femme. Il hésita longuement jusqu'à réussir à ne penser qu'au quidditch. Il devait voir en la mandragore un potentiel souafle. Si seulement la vitre d'en face était un potentiel anneau il serait ravi de marquer. Aidan prit la mandragore et fit ce qu'il avait à faire assez rapidement. Ce n'était qu'un bébé et il avait eu quelques difficultés, mais il progresserait plus tard. Toujours gêné physiquement et moralement par le geste « anodin » d'Ella il se retourna vers elle assez fier de lui, presque comme un gamin:

« J'étais comment là ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »




Alohomora !



MessageSujet: Re: Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan]

Revenir en haut Aller en bas

Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le travail, ça ne mène à rien, ça tue plus vite ! [Ft. Aidan]
» Le travail, c'est la santé, ne rien faire c'est la conserver
» La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la destruction.
» Le travail c'est la santé, ne rien faire c'est la conserver - Tanagra Elis
» L’alcool ne mène à rien. Ça tombe bien… on va nul part (Max)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❥ Riddikulus  :: Chez les Moldus :: Pensine :: Topics terminés-