AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Pauvre jeunesse - Aidan et Lux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Pauvre jeunesse - Aidan et Lux Jeu 13 Nov - 13:30


    C'était la treizième fois que je couchais avec Aidan. Un record. Jamais je ne m'étais autorisé cela. Une des règles principales à respecter lorsque l'on ne veut pas s'attacher à quelqu'un, c'est de ne pas trop le/la côtoyer. Or, j'enfreignais cette instance primordiale à la survie de ma personne. Mais il faut dire qu'avec Aidan, cela restait quand même assez différent. Je crois ne pas avoir entendu le son de sa voix plus de trois ou quatre fois. Ce qui est assez troublant. Je pense même que si on me bandait les yeux, je ne saurais reconnaître son timbre. Un mot à travers la salle commune, un hibou, ou tout simplement un regard suffisait à faire comprendre à l'autre qu'il désirait le voir. Tellement facile. Avec tout cela, nous avions finit par trouver un endroit à l'abri des regards indiscrets, les vestiaires de quidditch. Personne n'y étais jamais lorsqu'il n'y avait pas d’entraînement, et comme l'endroit résonne beaucoup, au moindre pas étranger se rapprochement de notre vestiaire nous avions le temps de déguerpir. Mais cela ne nous était encore jamais arrivé. Je me trouvais donc allongée sur le parquet miteux de la salle, à mes côtés se trouvait Aidan. Nos souffles étaient encore irréguliers et nos corps étaient encore un peu moite. Comme à chaque fois après nos ébats, je sortais du tabac moldu de mon sac ainsi que ma baguette pour l'allumer. La première bouffé fut agréable. Je ne savais pas si Aidan savait ce que c'était. En fait, je ne savais rien de lui. Etait-il un sang pur, mêlé, moldu ? Pendant un moment, il m'aurait intéressé de connaître la réponse. Mais après mure réflexion, je m'étais dis que moins j'en savais, moins je prenais de risque. Mais aimant le challenge et le danger, j'allais commencer quelque chose. J'allais désobéir aux règles que nous nous étions implicitement fixé. « Tu en veux une ? » dis-je en lui désignant le paquet de tabac. Si je ne connaissais pas le son de sa voix, il ne connaissait pas le mien non plus. Puisque je ne parlais quand de rares occasions. Je n'utilisais aucune formule de politesse type bonjour, au revoir. Je ne participais jamais en cours, je ne répondais pas lorsque l'on me posait une question qui ne m’intéressait pas. Je parlais quand je veux, à qui je voulais, quand je voulais. Mais des fois, on ne choisit pas. Or, ici, j'aurais aimé pouvoir dire que je n'avais pas envie de lui parler, mais que je l'avais fait pour être polie. Non, ce n'était pas le cas. J'avais osé sortir quatre petits mots parce qu'Aidan m'intriguait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Points : 62
Parchemins rendus : 607

Alohomora !

Who I'm I
Chocogrenouilles: 0
Rps en cours:
Cours et clubs:



MessageSujet: Re: Pauvre jeunesse - Aidan et Lux Jeu 13 Nov - 14:56

Aidan était allongé sur le sol du vestiaire de quidditch. Son souffle était irrégulier. On pourrait se dire qu'il est normal de se retrouver essoufflé dans le vestiaire de quidditch à la suite d'un entraînement, mais il n'en était rien. Si le jeune Redchard était à bout de souffle ce n'était non pas à cause du quidditch, mais grâce à la jeune demoiselle qui était à côté de lui. Lux Heartley... C'était sans doute avec elle qu'Aidan se sentait le plus vivant. Certes, elle ne faisait rien dans ce but précis. Elle l'utilisait pour son bon plaisir et lui aussi l'utilisait dans le même but. Il ne voulait pas être proche d'elle, elle ne voulait pas être proche de lui, tout était parfait entre eux. Ils étaient sur la même longueur d'onde. Pourtant, c'était avec elle qu'il passait ses meilleurs moments, qu'il oubliait quelques temps le poids qu'il s'était mit sur les épaules. Par contre, il ne savait pas ce qui poussait Lux à faire ce genre de choses avec lui. Après tout lui venait d'un milieu qui ferait rougir de gêne les élèves même si tout le monde l'ignorait. Elle... D'après le professeur de métamorphose elle n'était qu'une fille fortunée et de sang pur. Rien de très intéressant comme parcours. Il n'avait jamais compris cette passion des enfants de sangs purs à faire honte à leurs parents... Mais il prenait du plaisir elle aussi, son bonheur à long terme lui importait peu au final.


On pourrait dire qu'un lien s'était tissé, secrètement, de manière insidieuse. Pas le genre de lien qu'on l'on pouvait croire dans ce genre de relations. Pas le genre de lien amoureux, ou amicale. Non juste une forme de complicité sur le plan charnel. Il ne connaissait rien de sa vie, il connaissait à peine le son de sa voix, mais il connaissait une autre partie d'elle. Cela était suffisant à créer un lien. Il n'avait pas compté le nombre de fois où ils s'étaient retrouvés seuls à faire leur petite affaire entre eux sur ce même sol, si bien qu'il avait presque honte lors de ses entraînements de quidditch de se retrouver dans ce même vestiaire. Il savait juste qu'ils l'avaient fait plus que le nombre raisonnable. Néanmoins, ce genre de lien, bizarrement, ne le gênait pas plus que ça.


Comme à son habitude elle prit son tabac et fuma. Il ne savait pas comment elle connaissait le tabac moldu... Il mettait ça sur le dos d'une excentricité de plus de la part d'une jeune riche. Il ne la méprisait pas pour ça, au contraire, mais il trouvait cela ironique que lui venant du bas de la société soit obligé de faire attention et d'exceller dans tout pour avoir au moins le même niveau social qu'elle. Il ne l'enviait pas, mais il comptait bien un jour arriver au même niveau que sa famille. S'il se référait au modèle de leur précédents rendez-vous elle finirait de fumer et là soit elle partirait soit ils recommenceraient. Cela étonna violemment Aidan quand elle lui proposa une cigarette. Sa voix... Certes ce son était doux au creux de ses oreilles, mais quand même... Pourquoi elle lui parlait ? Il prit le temps, tout en observant le plafond, de se demander si ce qu'il avait entendu était un rêve ou la réalité. Peut-être qu'au fond de lui il souhaitait qu'elle lui propose afin d'engager une conversation ? Non, Aidan n'était pas ce genre de personne. Du moins il refusait de l'être. Il se devait de se forger son caractère et le sentimentalisme n'en faisait pas partie de ce qu'il voulait être. Alors que faire ? Lui répondre ou faire semblant de ne pas avoir entendu ? D'un coup il reprit ses esprits. Cela n'était pas grave si pour une fois il devait parler. Se poser tant de questions faisait de lui une caricature de ce qu'il voulait être.


« Non merci, je ne fume pas. »



Il fit l'erreur de lui adresser un sourire. Techniquement le sourire n'était pas directement adressé à Lux, vu qu'il regardait le plafond. Mais vu de l'extérieur on aurait pu croire qu'il avait souri à la question... C'était le cas, mais il ne voulait pas qu'on le sache. Avec de la chance cela passerait inaperçu. Avec moins de chance il avait commis l'une des plus grosses erreurs à ne pas faire avec Lux.


*Bof c'est pas important elle n'avait qu'à pas me parler*


C'était ce qu'il s'était dit, jusqu'au moment où son sourire se figea. Il avait compris. C'était comme si une lumière venait de s'allumer dans sa tête. Comment lui pouvait-il connaître le tabac moldu sans être issu du monde moldu ? Certes, il était peu probable que Lux ait posé cette question dans le but d'apprendre l'origine sociale d'Aidan... ce serait vraiment tordu. Cependant, il venait peut être de se trahir. Il espérait que son talent en cours, le fait qu'il était considéré comme un petit génie en métamorphose brouillerait les pistes. Comment quelqu'un issue du monde moldu pourrait être aussi bon à Poudlard et au quidditch ? Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler qu'ils disaient... Ils avaient bien raison surtout quand la personne à qui on répondait était une fille telle que Lux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: Pauvre jeunesse - Aidan et Lux Ven 14 Nov - 21:03

    Il annonça qu'il ne fumait pas. Il savait donc ce que c'était. Peut-être était il un né moldu, ou un mêlé. Peut-être savait-il comment est ce qu'on appelle le tabac.. Alors même si j'étais  satisfaite au plus haut point par cette réponse, je restais toujours aussi impassible et glacial. Aidan avait sa part de mystère, il n'était pas comme tout le monde. Et lui aussi, restait de marbre en me parlant. Enfin en temps normal. Puisqu'automatiquement après, je vis le visage du beau brun s'étirer pour cause d'un sourire. Mon dieu.. Interdiction de faire ça. Même si techniquement, il ne me souriait pas directement mais plutôt au plafond, il souriait tout de même. Mais qu'est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ? Il ne voulait rien dire ce sourire ! Pourquoi a-t-il fait ça ! Était-ce pour me déstabiliser ? Hors de question de faire ce genre de chose. Je fis mine de ne rien voir. Même si dans ma tête , mille et une explication tentait de mettre un sens sur cette expression de satisfaction.

    Calmement et avec habilité, je me replaçai comme je l'étais il y a quelques instants, allongée à côté d'Aidan, sans qu'aucune partie de nos deux corps ne se touchent. L'instant était assez paisible. Aucun bruit, le calme absolu. Je n'étais pas vraiment habituée à ce genre de moment. En règle habituel, je ne supporte pas le silence. Le calme fait ressortir les mots et me replonge dans mes démons. Dans ce genre de moment, je pouvais me rendre compte que finalement, j'étais capable de les dompter. Mais il était surement trop difficile à accepter que la seule manière de ne pas succomber à ses tentations étaient de ne pas être seule. Ça l'était d'autant plus lorsque l'on t'entait vainement de se persuader que la solitude était la solution des maux.

    Puis brusquement, un incident vint interrompre cet instant serein. Des pas. Une démarche plutôt régulière et rapide, se faisait entendre de l'autre côté de la pièce. Je tournai la tête vers Aidan, captant son regard. D'un coup, nous nous levâmes de manière complètement synchronisée. J'enfilai hâtivement mon long t-shirt, poussai rapidement le reste des affaires en laçant à Aidan de quoi se couvrir puis l 'attrapai par la main pour l'enfermer dans le placard à balais avec moi. L'action avait durer moins de dix secondes. Et pourtant, cela avait été moins une. La porte du vestiaire s'ouvre d'un coup sec. Et nous, cachés dans notre placard, collés comme des sardines, ressemblions à des enfants de quatre ans jouant à cache-cache.
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »




Alohomora !



MessageSujet: Re: Pauvre jeunesse - Aidan et Lux

Revenir en haut Aller en bas

Pauvre jeunesse - Aidan et Lux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Chavez traite Obama de « pauvre ignorant »
» Pourquoi les Haitiens forment-ils la classe la plus pauvre au Québec???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❥ Riddikulus  :: Chez les Moldus :: Pensine :: Topics terminés-