AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« we always found each other in the morning » (robynoute)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: « we always found each other in the morning » (robynoute) Dim 16 Nov - 13:40

ft. robynoute && solilou
tu es le soleil de mes jours...
Le soleil commence sa longue ascension dans l'étendue céleste. Sa fulgurante montée vers les cieux, tout en haut. Où il est maître des lieux pour les heures qui suivent, jusqu'à ce que sa compagne la lune vienne prendre sa suite. Le relais éternel entre ces deux opposés, entre l'ombre et la lumière. Entre la douce tiédeur du jour, l'agréable lumière. Et l'atmosphère tranquille, l'obscurité aussi relaxante qu'étrange de la nuit. Dans la quiétude des premières heures de la matinée, les rais lumineux et chauds s'attaquent délicatement à ma peau, me laissant échapper un soupir d'aise. Grignotant la chair peu à peu, tapant aux portes qu'étaient mes paupières. Je fronce les sourcils avant de m'étirer comme un chat dans les draps frais. Dans la douce chaleur de mes couvertures. Il commence à faire frais dans les pièces de notre maison. Sachant que l'on se trouve dans les sous-sols, au dessous du lac de l'école. Deux arguments irréfutables. Je m'éveille lentement, prenant conscience du monde qui m'entoure. Un bâillement qui m'échappe, de nouveau. Il est trop tôt. Les cours ne devraient débuter qu'à partir de midi. Mais nous ne sommes pas maîtres des décisions au sein de cet endroit, nous n'avons qu'à suivre -plus ou moins- les règlements. Il est tant de se lever, malgré mon envie grandissante de rester enroulé dans ma couette comme un maki japonais. Pourtant, je laisse mes longues jambes basanées glisser le long de mon lit avant de me lever, la caresse froide de l'air ambiant venant chatouiller mon corps à demi-nu. Je n'aime pas dormir avec des tonnes de couches de vêtements, sinon je finis par étouffer tant la chaleur m'emprisonne.

Il me faut quelques minutes pour m'asperger sous l'eau tiède de la douche, savourant la longe descente de l'eau sur mes muscles encore pétris de sommeil. La longue cascade de mes cheveux entremêlés en dreadlocks sont attachés en un chignon décoiffé, fait à la va vite. Quelques autres minutes qui s'écoulent lentement avant que je ne mette un pied dans ma chambre pour me vêtir "convenablement". S'entend. Un jean bleu délavé par le temps passé, une chemise blanche et le pull réglementaire de l'uniforme. Qui se trouve être adéquat à la température automnale qui s'installe gentiment. La déroulement des saisons est un spectacle aussi effrayant que merveilleux, fascinant. Il est tôt, encore. Assez tôt pour pouvoir profiter du calme relatif de la grande salle avant l'arrivée massive des élèves, pour le début des cours de la matinée. Quelques parchemins, de quoi écrire, les livres associées aux matières que j'étudie en ce jour présent. Le minimum syndical. Il n'y a aucun intérêt à se molester la colonne vertébrale avec un poids futile sur les épaules. Je secoue la tête avant de sortir de la pièce, me préparant à affronter une nouvelle journée. Rien n'est jamais semblable à la veille, ne sera pas identique au lendemain. Tout est unique, tout est intriguant.

Le fumet puissant et chaleureux du café m'attire jusqu'à la table bordée d'azur et de bronze. Il est bien plus agréable de déjeuner avec les érudits, pacifistes tant que l'on ne leur propose aucun jeu portant sur la réflexion et la connaissance. Il n'est pas prohibé de manger à d'autres tables alors je me donne la permission de m'y rendre, paisiblement. Je contemple mon bol de café, boisson riche et forte. Cette couleur brune, dont les volutes de crème viennent entacher l'harmonie. Cette chaleur qui s'insinue dans ma gorge avec un exquis plaisir. Je laisse échapper un soupir d'aise avant de lever la tête. Pour tomber directement dans le regard océan du rayon de soleil de mes jours. Robyn. Un éclat si lumineux qu'il m'aveugle presque. Le simple fait d'apercevoir son visage avenant et souriant, me tire la même face. Elle est incroyable. « Bonjour, Sunlight. » Mes lèvres qui se lèvent comme douées d'une volonté propre. Je n'y peux rien, c'est l'effet qu'elle me fait. Elle me donne du baume au coeur. Elle me fait oublier tous les tracas. Un astre à elle seule. « Café, thé ? »    
made by © .bizzle / crédit image par tumblr.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Je ressemble beaucoup à : Miley Cyrus ♥
Points : 55
Parchemins rendus : 519

Alohomora !



MessageSujet: Re: « we always found each other in the morning » (robynoute) Ven 28 Nov - 21:14




       


   
Robyn & Solal
We always found each other in the morning
Il me tient dans ses bras, ses longs bras musclés et réconfortants. La chaleur de son corps se répand sur le mien. Je suis bien au creux de sa musculature. Je ne voudrai jamais quitter cette position, mais quelque-chose me dérange. Une lumière m'aveugle étrangement. Je grommelle et me réveille en sursaut.

Mon lit est vide et mes cheveux sont dans un état abominable. J'ai encore un léger filet de bave le long de ma bouche. Mes yeux formes deux petites entre-ouvertures à cause du soleil qui perce à travers les rideaux du dortoir. Aujourd'hui, il fait beau! Ce rayon de soleil chaleureux m'a tiré d'un rêve fabuleux. Je ne fait que penser à lui, constamment, cela en devient insoutenable... Il faut que je mette les choses au clair avec lui, je n'en peu plus d'attendre éternellement de mon côté.

Ce rêve semblait si réel, pourtant, cela fait si longtemps que Castiel et moi n'avons pas dormis ensemble. Nous ne faisons plus rien digne d'un couple, c'est désolant... Je m'assied délicatement sur le bord de mon lit et établis un contact entre mes pieds et les pierres glacées qui forment le sol. Je sors un miroir de poche de ma commode et admire les dégâts de la nuit. Je ne me suis pas démaquillée hier soir, du coup mon eye-liner à coulé jusqu'à la limite de ma mâchoire. Mes cheveux, eux, n'en parlons même pas, ils ne se trouvent pas dans une position normal, je vais devoir me battre pour les rendre présentables... Je tire mon portable de son chargeur et regarde l'heure. Il est encore tôt, la journée vient à peine de commencer. Le bruit que mon estomac fait m'incite à me lever et m'habiller.

J'ai cours aujourd'hui, et je commence par Potions, la joie. J'enfile mon uniforme, et fais en sorte qu'il soit aussi impeccable que possible. Le fait d'être maniaque ne rend pas les choses simples... Une fois ma jupe, mon pull et mes bottes mises, je prend mon sac de cours remplit de bouquins et sort du dortoir. Il me fallut que quelques secondes pour me rendre compte que je ne m'étais toujours pas démaquillée ni coiffée. Je pousse un long soupir et retourne dans le dortoir. Je me coiffe en quatrième vitesse et enlève les restes de maquillage. J'opte pour le naturel aujourd'hui, je n'ai pas le temps d'arranger ce désastre sinon je ne pourrai pas manger avant d'aller en cours. « Oh mon dieu, j'en ai marre ! », la vue de tous ces escaliers à descendre me désespère. Il faut que je dévale 4 étages avant d'arriver au rez-de-chaussée.

Une fois devant la grande salle, je soupir de soulagement et rentre dedans avec un énorme sourire sur les lèvres. Je suis contente aujourd'hui, le rêve de cette nuit m'a mis de bonne humeur. Dieu que cela continue ! J'avance calmement le longs des rangées en cherchant Solal. Ses cheveux se voient de loin. J’accélère le pas et me poste devant lui. Il sirote son café tranquillement. Je lui fais un sourire chaleureux en guise de bonjour. « Bonjour, Sunlight. » Je souris de plus belle. Rien que sa voix m'apaise. « Café, thé ? » Sa proposition est alléchante, je réfléchis deux secondes avant de prendre ma décision. Comme la nuit a été bonne, le café n'est pas vraiment nécessaire. « Thé s'il te plait ! » Je prend déjà quelques sucres dans le pot qui se trouve à coté de moi et agrippe également un pain au chocolat que je dévore directement. Je n'ai aucune honte devant Solal, il connait tout de moi, je pourrais me comporter comme un homme, il ne serait pas étonné. « Alors beau-gosse, comment ça va depuis le temps ? »



       
(c) fiche:WILD BIRD

_________________



Robyn E. Holloway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »
Invité

avatar



Alohomora !



MessageSujet: Re: « we always found each other in the morning » (robynoute) Dim 30 Nov - 17:25

ft. robynoute && solilou
tu es le soleil de mes jours...
Il est si difficile à mes yeux de s'habituer à la luminosité matinale. Depuis toujours, d'après ce que ma mémoire me rappelle. Le soleil est brûlant, aveuglant, au Brésil. Il bat son plein dès les premières lueurs de l'aube et ne s'arrête que très tard dans la soirée. Cette chaleur étouffante qui nous enveloppe d'une manière sempiternelle. Ces années me paraissent bien lointaines, celles de mes premiers pas d'enfant dans le monde, dans la jungle qu'est la vie. À São Paulo, tout se vit à l'extérieur, dans les ruelles mal pavées, à l'ombre des porches de maisons peinturlurés de chatoyantes couleurs. Une légère brise qui accompagne le matin, parfois, avec un peu d'espoir. L'atmosphère est légère, si simple. Bien différente des tracas britanniques. Insouciante, presque trop, pour les enfants de l'astre solaire. Les adultes sont préoccupés par d'autre choses, éloignant leurs progénitures des tracas, de la violence des cartels, des effluves tentatrices des drogues. Je ne suis pas resté assez longtemps là-bas pour en comprendre les enjeux, bien qu'ayant étudié l'histoire de mon pays natal sous toutes les coutures. Mais ce qui est décrit dans les livres reste bien enjolivé, comparé à ce qui se passe là-bas, réellement. Pourtant, je me souviens de cet effort surhumain qu'il me fallait pour émerger du sommeil, du sourire tendre et moqueur de ma mère. Les yeux encore pétris de mes rêves de la nuit, les membres engourdis, le cerveau dont le rythme est encore ralenti. Et cette lumière vive, puissante, qui traverse les rideaux et vient confronter mes pupilles claires. Les yeux verts sont les plus sensibles au soleil, je sais de quoi je parle. Même maintenant, le regard plongé dans mon bol de boisson riche et amère, je le plisse afin de me protéger contre l'éclat qui se réverbère contre les couverts en argent. Mes narines inspirent avec un délice palpable le fumet réconfortant de ce liquide qui me maintient en meilleur forme de bon matin. Il doit activer un bouton dans mon corps, qui laisse celui-ci se réveiller complètement. En bonne et due forme.

Et voilà qu'un autre genre de soleil se rapproche, venant s'installer à sa propre table. J'apprécie le silence paisible qui règne à la tablée bleue et bronze, tous les érudits préférant l'étude des cours à venir une dernière fois, plutôt que l'animation matinale. Ce n'est pas plus mal, d'ailleurs. Elle sourit, simplement. Nous pouvons nous passer de mots, rien que nos regards signifient clairement le message que nous voulons faire passer. Son visage est dénué de toute trace de maquillage, ses cheveux simplement coiffés, ce qui laisse transparaître un autre rehaussement de lèvres taquin de ma part. « Je vois que le temps d'émergence a été fortement réduit, ce matin, pas vrai ? » Mes yeux pétillent de malice, elle m'inspire tellement de joie que je me sens rempli jusqu'au cou de sa bonne humeur. Puis je lui propose de choisir entre deux boissons, remplissant une tasse avec son sachet préféré tandis qu'elle se sert allègrement en nourriture. Sacrée morfale. Mais il n'y a jamais eu aucune tension entre nous, nous nous acceptons l'un l'autre comme nous sommes. Avec nos petites manies, nos défauts. La voir s'empiffrer comme ça, je ne lui en ai jamais tenu rigueur. Et sa joie de vivre achève de me réveiller, c'est assez spectaculaire. Je tique au surnom qu'elle me donne constamment, avant de secouer la tête, le sourire toujours agrippé aux lèvres. « On s'est vus hier, petite tête. Mais faut jamais trop t'en demander, de bon matin. » je commence, avec l'air taquin. Mon sourire est bien trop grand pour être innocent. « J'ai repéré un troupeau de créatures magiques, dans la plaine centrale. Je n'ai pas encore pu identifier de quelle espèce, mais j'ai hâte de pouvoir aller à leur rencontre. Tu voudras m'accompagner ? » Mes yeux pétillent comme ceux d'un enfant en bas-âge, fasciné par la vie. Puis je dévie sur un autre sujet, nettement plus délicat à mes yeux. « Et toi, tout va bien ? Et tu sais ce que j'entends par "tout". » Il me semble que c'est étrange depuis quelques temps. Bien trop étrange pour être normal.
made by © .bizzle / crédit image par tumblr.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Je ressemble beaucoup à : Miley Cyrus ♥
Points : 55
Parchemins rendus : 519

Alohomora !



MessageSujet: Re: « we always found each other in the morning » (robynoute) Dim 28 Déc - 14:34




       


   
Robyn & Solal
We always found each other in the morning
Sa réponse me fit rire. C'est vrai, cette tradition entre nous est tellement habituelle, que j'en oublie qu'on se voit tous les matins ou presque. Je lui souris en guise de réponse et retourne à mon petit déjeuné. Je déchire un croissant encore chaud en deux, et inspire légèrement ce doux fumet qui en sort. J'adore le matin à Poudlard, les mets sont tellement variés que chaque jour peut commencer sur une note différente. Aujourd'hui j'ai opté pour quelque-chose de classique, pain au chocolat et croissant. Cela n'a pourtant pas duré dans mon assiette. J'étais assisse depuis seulement 5 minutes et mon ventre était déjà remplit. « J'ai repéré un troupeau de créatures magiques, dans la plaine centrale. Je n'ai pas encore pu identifier de quelle espèce, mais j'ai hâte de pouvoir aller à leur rencontre. Tu voudras m'accompagner ? » Je lève les yeux vers Solal en un coup et souris des plus radieusement. Je sautillais sur ma chaise d'excitation. J'adore découvrir des créatures magiques, et encore plus si c'est avec Solal. Depuis toute petite je m'intéresse aux animaux et je les chéri plus que tout. Mon chat, par exemple, je le chouchoute comme un prince, aucun chat sur terre n'est mieux traité que le miens je pense. Si je le pouvais, je passerai ma vie entière entourée d'animaux, leur compagnie est plus réconfortante et leurs sentiments sont sincères, contrairement à certains êtres humains que je côtoie... Je fais partir la personne qui hante mes pensées en secouant la tête frénétiquement. Il faut que j'arrête de penser à ça pour le moment, que je vive un peu en paix quelques temps. Malheureusement, Solal met ça sur le tapis. « Et toi, tout va bien ? Et tu sais ce que j'entends par "tout". » Je ne peux pas lui en vouloir de savoir, après tout, on est tellement proche qu'il est en droit de savoir, mais c'est tellement douloureux. Je baisse les yeux pour lui répondre, mais je ne veux pas qu'il s'inquiète pour moi. « Oui ça va, enfin je crois. Ce n'est juste pas la joie entre Castiel et moi, et je n'arrive toujours pas comprendre pourquoi... En fait, je pense que c'est fini.» J'avale une gorgée de mon thé brûlant, tout en pensant à toute cette histoire. Je ne comprend rien à ce qui m'arrive, et je n'ai pas la force d'aller parler à Castiel, pour qu'il me dise qu'il m'aime plus que n'importe qui, mais qu'il ne veut plus de moi. Je lève les yeux vers Solal, ils étaient légèrement embués. Tout en les frottant, je continue ce que j'étais en train de dire. « Il est tellement distant ces temps-ci, et j'ai peur de m'imaginer pourquoi cette distance... Il ne m'aime plus, et ça fait si mal, je ne vais pas supporter cette douleur très longtemps Solal... »


       
(c) fiche:WILD BIRD

_________________



Robyn E. Holloway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »




Alohomora !



MessageSujet: Re: « we always found each other in the morning » (robynoute)

Revenir en haut Aller en bas

« we always found each other in the morning » (robynoute)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 06. you found me lying on the floor
» « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.
» RGSS-RTP Standard not found
» Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.[terminé]
» We've found a kind of paradise, in a flowers bloom [Haramu] [ABANDONNE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❥ Riddikulus  :: Chez les Moldus :: Pensine :: Topics terminés-